Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Les andes en roue libre

Vers candilera mansillo 1-2 Mars

  Nous quittons El Chalten et sa tranquillite, avec comme but d'atteindre villa o'higgins le hameau le plus au sud de la carretera austral chilienne. Cette piste, construite sous Pinochet debute a Puerto Montt et descend 1200km plus au sud, jusqu'aux confins sud du territoire chilien, le long de la cote pacifique dans les immensites sauvages patagonnes. La piste se termine a villa o'higgins en cul de sac. Le seul moyen d'atteindre le bout sud de la carretera austral est soit d'y arriver par le nord soit de s'engager dans une traversee compliquee depuis la patagonie sud, au depart d' el chalten en argentine. C'est cette derniere option, la plus directe, que nous choisissons.
 
  Nous roulons au beau milieu des montagnes enneigees, dans un calme reposant. Ici, meme s'il y a toujours un peu de vent, nous en sommes proteges par les reliefs qui nous entourent.


  Nous cheminons en fond de vallee sur une piste (appellee ici "ripio") qui serpente en longeant une riviere. La vegetation qui devient de plus en plus verdoyante nous etonne, habitues aux herbes seches de la pampa. Nous sommes heureux de retrouver cette verdure, et cette diversite vegetale.


  Nous laissons derriere nous les sommets impressionnants du Fitz Roy, qui veulent bien se degager, entre deux passages de nuages. Entourres d'arbres et de montagnes, nous nous sentons davantage proteges que nous ne l'etions, exposes au milieu de la pampa desolee. Dans ce decor, chaque recoin peut etre un abris eventuel, et l'environnement que nous rencontrons nous procure un sentiment de securite: La, une riviere ou s'abreuver, ici un creux ou s'abriter, ou bien des arcades d'arbres sous lesquelles se reposer... Nous aimons cette dimension naturelle accueillante qui fait que l'on se sent presque comme dans une maison.

  Cette courte journee, commencee tardivement, nous amene jusqu'a la Laguna del Desierto. En chemin nous faisons la connaissance de Gary et David, deux cyclistes anglais, partis pour joindre Ushuaia au Venezuela en 6 mois!


  Depuis la rive de la lagune, nous embarquons dans un petit bateau qui nous traverse de l'autre cote. Le bateau n'est rempli que de velos et de cyclistes... Nous commencons a prendre toute la mesure de l'isolement vers lequel nous nous engageons. Nous sommes heureux de penser que nous quittons le flot touristique pur entamer cette partie sauvage.
  Nous campons sur la rive nord de la lagune, en face du Fitz Roy, qui apparait maintenant au fond du paysage. Notre soiree est marquee par un coucher de soleil exceptionnel sur le massif.


  Le lendemain, une drole de journee de velo nous attend... Mais en preambule de cette etape speciale, nous assistons cette fois-ci au lever du soleil sur le Fitz Roy, derniere image magnifique avant d'entamer une grimpette infernale dans les montagnes...



  Nous partons ce matin-la, non pas sur nos velos, mais a pieds! D'habitude ce sont nos velos qui portent nos sacoches, mais cette fois-ci, il nous faudra nous transformer en mules et effectuer le portage de nos sacoches, sur 6km de sentier montagneux... Cette partie etant impratiquable a velo. Nous redoublons d'ingeniosite pour trouver comment charger l'ensemble de nos sacoches sur nos faibles epaules. La premiere technique, celle de Damien, consiste a organiser les sacoches autour d'un petit sac a dos. Une fois attachees, le tout est porte sur le dos et se revele tres pratique... L'autre technique, bien moins subtile, est de charger les sacoches comme on peut! Mais ca tient aussi!


 Nous deposons nos sacoches a un passage de frontiere entre Chili-Argentine, perdu au niveau d'un col, puis redescendons a notre point de depart pour ensuite pousser nos velos sur ce meme sentier cahotique seme d'embuches.


  Une fois au col, avec l'ensemble de nos affaires, nous n'avons avance que de 6km, en quelques cinq heures de temps!!! Il nous reste encore une quinzaine de kilometres a effectuer, sur une piste parfois difficile, pour rejoindre l'embarcadaire candillera mansillo sur les rives du Lago O'Higgins. La piste traverse des forets devastees par le vent. Au milieu des arbres les plus resistants, le reste est un amat de troncs qui jonchent le sol. l'ambiance y est apocalyptique.


  Aujourd'hui nous n'avons parcouru qu'une vingtaine de kilometres, mais nous arrivons extenues a la fin de notre etape. Comme souvent, nous avons la chance de trouver reconfort et chaleur humaine dans la seule estancia du coin. Pain et confiture de framboise maison, sourire et chaleur de la cuisiniere seront bienvenus...


  Une fois arrivee a candillera Mansillo, au bout du sentier, un autre lac nous bloque le passage.  Il nous faudra le traverser pour atteindre enfin villa o'higgins.
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :