Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Les andes en roue libre

Uspallata-San Jose de Jachal 18-24 mai

  Nous partons de Uspallata et nous engageons sur une piste sur un plateau d'altitude, borde d'un cote par la cordillere enneigee, et de l'autre par la precordillere traversee ces derniers jours.


  Nous roulons dans cet univers desertique et arride deux jours durant, en ne croisant qu'une dixaine de voitures, ne rencontrant personne et ne traversant aucun village... Seuls, le silence et les montagnes pour toute compagnie, nous progressons sur la piste en direction de Barreal.


  Encore une fois nous faisons le constat que l'Argentine est un immense desert, et qu'entre chaque ville isolee ne s'etend que la nature sauvage et arride...


  En ces lieux, tout l'enjeu est de faire une estimation correcte des quantites d'eau que nous devons charger sur nos velos. Avec trop peu de reserves nous serons ravis de croiser un sanctuaire dedie a la  difunta correa. Les argentins rendent hommage a cette sainte morte de soif dans le desert en lui deposant des bouteilles d'eau en guise d'offrande... Non seulement un cours d'eau coule a ses cotes mais il y a la egalement un bon stcok de bouteilles... La difunta correa est un bon presage pour les voyageurs et c'est avec 12L d'eau sur pampero, et 5L sur Zephyr que nous reprenons la route... Nos velos se transforment en chameaux!

  Apres un bivouac avec un paysage de reve, nous rejoingnons Barreal qui, comme chaque village-oasis de la region, est borde de peupliers. Les seuls arbres que nous croisons sont donc dans les villes!

  La route qui separe Barreal de Calingasta nous devoile, le lendemain mille surprises. C'est  dans une vallee fabuleuse que nous progressons, mais a l'inverse de ce que nous avons rencontre ces deux derniers jours, nous longeons une riviere (rio Pato), qui irrigue de nombreuses parcelles cultivees. Toute cette partie de vallee est exploitee, verdoyante, et la vegetation y est importante. Mille et unes couleurs se juxtaposent: vegetaux au couleurs d'automne, mineraux, eau,...


  Nous parcourons cette route bordee de reliefs surealistes. En chemin nous faisons un petit detour dans un canyon qui debouche sur le Cerro Alcazar, ensemble rocheux sculpte par le vent, sorte de chateau de sable gigantesque.



  Un terrain de jeu naturel incroyable, du haut duquel nous avons une vue plongeante sur la vallee verdoyante et la cordillere. Contrastes saisissants entre les differents plans qui s'achelonnent sous nos yeux...


  L'immensite des espaces est elle aussi spectaculaire. Pour conclure cette journee de surprises, le coucher de soleil nous offre une magie de lumiere sur le fleuve... 


  Les deux jours suivants nous changeons encore de decors, et retrouvons un environnement arride, sans possibilite de trouver de point d'eau. Il nous faut donc charger nos velos de quelques kilos supplementaires avant d'attaquer ce dessert, heu...ce desert! C'est que c'etait le jour de mon anniversaire!... La piste s'enfonce progressivement au milieu de reliefs desoles, et nous laissons derriere nous quelques petits villages de fond de vallee.


  Nous montons peu a peu pendant deux jours sur une piste chaotique et sableuse ou nous devons de temps a autre pousser nos velos, jusqu'a atteindre le point culminant de celle-ci a 2700m. La cordillere nous accompagne toujours, et le plus incroyable reside dans le fait que nous appercevons des sommets de celle-ci eloignes de 300km... Seule ombre au tableau il fait froid et nous passons une journee entiere avec des temperatures negatives.


  Nous rejoignons Iglesia, ou la vie locale est bien loin de celle de Mendoza; Maisons en adobe, fours en terre jouxtant la maison, rusticite, ... Nous prenons une fois de plus conscience des disparites enormes qui existent dans le pays.

 

  Depuis Iglesia nous poursuivons notre route le lendemain jusqu'a San Jose de Jachal, en passant par Rodeo. Une journee surprenante par la diversite des paysages que nous traversons. Sur quelques 80 kilometres, nous progressons dans des univers tout a fait differents. Apres avoir profite une fois de plus de la grandiosite de la cordillere, nous debouchons sur un lac entourre de reliefs aiguises et colores.

  L'ensemble nous laisse sans voix, car les differents elements du paysages rassembles ici nous semblent completement incogrus: Contrastes de froid et chaud, neige et soleil, eau et aridite... Nous avons presque l'impression d'avoir change de planete! La suite du trajet est toute aussi grandiose. Nous nous traversons la precordillere et c'est dans des espaces mineraux gignatesques que nous pedalons avant de rejoindre San Jose de Jachal, et ses temperatures plus clemantes, dont nous profitons pendant une journee de repos.


Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :