Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Les andes en roue libre

Boucle de Cachi 13-22 juin

  Apres trois jours passes a Salta, nous decidons de prendre la route pour donner nos derniers coups de pedales sud-americains, et visiter la region des vallees calchaquies. Nous quittons  Salta difficilement, a cause du traffic intense aux abords de la ville, mais surtout a cause de la conduite dangereuse des argentins, qui estiment que la route n'appartient qu'aux vehicules a moteurs...
Apres une vingtaine de kilometres nous pedalons enfin avec plus de tranquilite, dans une campagne ou les champs de tabac se succedent.


  Nous traversons cette campagne vivante toute la journee, et apres quelques 90 kilometres, nous nous arretons au petit hameau de La Viña pour passer la nuit dans un petit hospedaje (Gite), tenu par une argentine chaleureuse.

  Le lendemain nous laissons derriere nous cette vallee agricole pour entrer dans la "quebrada de Cafayate", un canyon encaisse au fond duquel il est agreable de pedaler, pour y decouvrir  curiosites rocheuses et cactus. Nous baignons une fois de plus dans des contrastes de couleurs rouges et vertes, deja rencontres dans les paysages du centre et du nord de l'Argentine.


  Les roches errodees et sculptees par le vent bordent notre chemin. Cet ensemble tres mineral est un vrai musee a ciel ouvert: Orgues de pierre, monolytes, et autres volumes etranges animent tout le parcours.


  
  En route nous voyons arriver un couple de cyclistes sur leur tandem. Quelle surprise de constater qu'il sagit de Anita et Stefan, deux autrichiens en voyage depuis trois ans (Europe, Asie, Oceanie...), rencontres deja deux fois depuis Ushuaia!!! Apres ces retrouvailles que nous avons du mal a conclure, nous poursuivons notre route et parvenons a Cafayate sous le soleil couchant, apres une etape de 106 kilometres, des couleurs encore plein les yeux... Pour nous remettre de notre journee eprouvante, nous ne manquons pas de gouter, le soir, au fameux Torontes, vin blanc local mondialement repute! Aïe les jambes!

  Le jour suivant nous longeons les vignes de la vallee, avant de quitter le goudron et suivre une piste sableuse.
 
  Nous progressons difficilement sur ce terrain meuble, et sommes parfois oblige de pousser nos velos, qui s'enfoncent lourdement dans le sable.

 
  Pendant trois jours nous longeons la riviere qui irrigue cette vallee, mais malgre ca, notre piste ne cesse de monter et descendre.


  Nous avons presque l'impression d'etre revenus sur la carretera austral(!) et n'effectuons qu'une ciquantaine de kilometres par jour, sous un soleil de plomb: C'est dans cette chaleur accablante que nous avancons au milieu de decors surealistes, ou d'immenses plaques de roche se dressent de facon chaotique sous nos yeux...


  Loin du traffic et de la civilisation, nous decouvrons une vallee emprunte d'une culture riche et atypique. La vie rurale y est tres developpee: Culture agricole forte, elevage de bovins et chevaux, etc.


   L'architecture des maisons y est egalement bien specifique. Nulle part ailleurs dans le pays nous n'avons rencontre de tels petits villages avec une ame aussi pregnante.


  
  La vallee nous seduit par son identite forte. Ici nous rencontrons une vie ancestrale, et une culture protegee  et conservee qui fait  la richesse de cette region.  Nous croisons tous les jours de  petits villages, et de ce fait,  nous rencontrons davantage de personnes que dans l'ensemble du reste du pays ou nous avons souvent pedale seuls dans des espaces immenses.


  Qu'il est bon de trouver sur son chemin quelques personnes avec qui echanger ou un petit bistro ou s'arreter boire un "cafe con leche" (cafe au lait), avant de reprendre la route...


  Nous rejoignons les jolis et tranquilles villages de Molinos, puis Cachi, en etant parfois accompagnes par le vol et le cri de groupes de perroquets (que nous n'imaginions pas trouver ici!), ou par les cactus qui s'etalent devant nous.



  Depuis Cachi nous poursuivons dans des paysages exceptionnels, ou nous retrouvons pour une derniere fois quelques sommets enneiges.
 

  La route que nous empruntons nous amene progressivement a prendre de l'altitude, et nous traversons un plateau immense rempli de milliers de cactus.


  Puis un second plateau nous offre des paysages desertiques d'altitude, ou montagnes colorees definissent l'horizon lointain, et nous atteignons presque le col de piedra molinos (3300m), quand la roue arriere du velo de Sandrine commence a faire un bruit suspect... Les roulements du moyeux semblent etre fatigues, et Sandrine termine donc les trois derniers kilometres qui nous separent du col en pick-up! En effet nous n'avons pas les outils necessaires pour  solutionner le probleme.


  Depuis le col une descente d'environ 70 kilometres nous attend. Nous decidons d'essayer de profiter de cette partie, mais avant nous effectuons un changement de monture... Damien s'occupe de Zephyr, car seule une contorsion permet au velo d'etre penche et limite les degats... Une maniere bien etrange de faire du velo, qui intrigue d'ailleurs les gens que nous croisons: En quelque sorte un nouveau style!

  Cette descente vertigineuse (cuesta del obispo, 2000m de denivele negatif) nous fait retrouver des paysages bien plus verdoyants et bien plus humides.





  Apres une progression lente nous rencontrons a la fin de la descente un reparateur de velo qui nous repare la roue et nous permet de poursuivre la route jusqu'a Salta.


  Nous arrivions a Salta comme si nous rentrions a la maison ayant largement pris des habitudes de vie dans cette ville agreable.
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :